Différences culturelles: la tradition de la Saint-Valentin en France et au Canada

Écoutez l’article

Téléchargez le pdf avec tous les mots et expressions marquées d’un astérisque (*) et la structure de l’exposé (= le plan)

Si vous préparez le DELF, DALF, TCF ou TEF, n’oubliez pas de lire la note méthodologique en bas de la transcription.

Transcription

“Mon chéri”, “Je t’aime”, “Mon amour”

Aaaaah, la France, le pays de l’amour, peuplé de Français si romantiques! Vous devez penser que nous sommes les champions de la Saint-Valentin, pas vrai? Eh bien, ce n’est pas tout à fait le cas.

Comme tous les ans le 14 février, le monde entier (ou presque) célèbre l’amour. Je vais partager avec vous mon expérience de cette fête des deux côtés de l’Atlantique et vous parler du choc culturel que j’ai ressenti au Canada et, finalement, de comment cela a fait évoluer ma vision de la vie.

La Saint-Valentin en France

Je suis désolée de vous décevoir mais, en France, la Saint-Valentin n’est pas une fête très importante. Il faut dire* qu’à l’origine c’était plutôt une fête anglaise (source: Wikipedia) qui s’est diffusée dans les sociétés européennes au 18è siècle. Par la suite, les Américains, sous l’impulsion de* la marque de papeterie Hallmark notamment*, ont donné une nouvelle dimension à cette “fête des amoureux” pour un faire un vrai phénomène commercial. C’est la perception que nous en avons en France. Sous prétexte de* célébrer l’amour (mais une fois par an seulement!), on vous invite à délier les cordons de la bourse* pour dépenser sans compter*.

Je vois à cela plusieurs raisons. Il s’agit ici d’observations personnelles et de généralisations dans le but de soulever des différences culturelles avec humour. Je vais utiliser le terme “le Français” pour parler du stéréotype traditionnel d’une personne de France, masculine ou féminine, mais il est évident que* tous les Français.es ne ressemblent pas à ces stéréotypes.

Pourquoi la France n’est-elle pas la “championne” de la Saint-Valentin?

Tout d’abord, il y a cette relation paradoxale entre la France et les Etats-Unis: on admire et on trouve cool presque tout ce qui vient d’outre-Atlantique* mais en même temps, on se sent menacés dans notre identité de Français par tout ce qui en vient. Pour avoir vécu* des deux côtés de l’Atlantique, je vous assure que le fossé culturel entre les deux est bien réel (plus qu’on ne l’imagine entre deux nations occidentales) et que, sous ses airs* arrogants, le Français cache une grande insécurité culturelle et des angoisses (particulièrement visibles au niveau du rapport à la langue française mais j’en parlerai dans d’autres articles).

Donc, en bref on trouve que la Saint-Valentin c’est cool mais en même temps, on refuse de se laisser aller* totalement au consumérisme extrême nord-américain.

Ce qui m’amène à* mon deuxième point: le Français râle* beaucoup et a un avis sur tout mais quand il s’agit d’exprimer des sentiments, surtout s’ils sont positifs, on est beaucoup plus mesurés* (là encore, j’en parlerai dans un autre article sur la langue française).

Comment fête-t-on la Saint-Valentin en France?

En France, la Saint-Valentin c’est vraiment la fête des amoureux donc n’allez pas offrir un cadeau à vos collègues de bureau ou préparer des cadeaux pour les amis de vos enfants. Ils vous prendraient pour un fou ou une folle (ou croieraient que vous êtes amoureux ou amoureuse, ce qui pourrait être très gênant)!

Lorsque vous êtes en couple, vous pouvez partager un bon repas en tête à tête* dans une ambiance romantique à la maison ou au restaurant par exemple. Messieurs, n’oubliez pas d’offrir des fleurs ou un bijou. Mesdames, vous êtes chanceuses, il n’y a pas vraiment de codes donc soyez créatives!

Toutefois, je voudrais rappeler que dans un monde moderne où on doit déconstruire les stéréotypes de genre, je vous invite à faire ce que vous voulez sans tenir compte de ces traditions! D’autant plus que je suis mal placée pour vous donner des conseils car je n’ai jamais célébré la Saint-Valentin…

En effet, je n’aime pas cette fête. Même après avoir rencontré mon mari, je n’ai pas changé d’avis. Et encore moins depuis que j’habite au Canada!

Au Canada, c’est comment la Saint-Valentin?

Je vais vous parler de ce que j’ai constaté à mon arrivée à Vancouver, en Colombie-Britannique. Là-bas, la Saint-Valentin c’est presqu’un mini-Noël pour certains et les marchands de cartes se frottent les mains*. Presque aussitôt après que les décorations de Noël des magasins ont été enlevées, elles sont remplacées par des coeurs et toutes les déclinaisons possibles de rose et de rouge. Je dois faire mon mea culpa* car j’en ai aussi profité quand je dirigeais ma pâtisserie.

La fête de l’amour avec un petit “a”

En France, on a plusieurs expressions sur l’amour: le grand amour (your true love) et “l’Amour avec un grand A” (où on écrit amour avec une majuscule pour dire que c’est l’amour de “être amoureux”). Et c’est cet Amour qu’on célèbre à la Saint-Valentin en France, ce grand Amour.

Au Canada, à la Saint-Valentin, j’ai plutôt l’impression qu’on célèbre l’amitié, ou l’amour mais pas celui de Cupidon. Par exemple, ma première année au Canada, plusieurs collègues m’ont souhaité un “Happy Valentine’s Day”. Tout le monde avait des projets pour la soirée, soit en couple soit* avec des amis, et trouvait bizarre que je n’avais rien prévu*.

Une approche différente dès l’enfance

En effet, dès tout petits*, les enfants sont habitués à recevoir des cartes et des petits cadeaux de leurs proches (parents, grands-parents) et de leurs camarades de classe. Un de mes collègues m’a ainsi appris qu’il avait dû acheter 28 petites cartes de Saint-Valentin pour que sa fille distribue à chacun de ses camarades de classe (comme dans les séries télé) et en plus 28 cupcakes pour la “Fête de la Saint-Valentin” de l’école.

Par conséquent, au Canada, on prend très vite l’habitude de considérer que la Saint-Valentin n’est pas seulement la fête des amoureux et, même si on est célibataire, on va quand même se sentir aimé ce jour-là et, en fait, je trouve que c’est un sentiment très positif!

“Monde cruel” vs “Pays des Bisounours”, ne devrait-on pas plutôt trouver un juste milieu?

Nous avons donc 2 approches très différentes de cette fête, révélatrices de tendances de société plus profondes. Les Bisounours, c’est le nom français (Calinours au Québec) des Care Bear, sont ces gentils oursons plein d’amour. En France, le Canada a la réputation d’être “un pays de Bisounours” parce qu’il semble ne pas y avoir de conflits entre les gens (en apparence*) et on exprime rarement son antipathie* directement. Ça ne veut pas dire* que les gens s’aiment tous et incluent les autres naturellement mais d’après mon expérience, il y a un effort beaucoup plus prononcé pour que tout le monde dans son cercle social (au travail, à l’école,…) se sente intégré dans la société.
En France (le “monde cruel” de mon titre), on n’hésite pas à exclure de la fête tous ceux qui ne rentrent pas dans “le moule”. Tant pis* pour eux! Ce n’est pas très sympa mais, dans la vie, il faut savoir affronter l’adversité et les rejets.

Le choc culturel

En tant que Française (et de nombreux expatriés français vous diront la même chose), l’approche canadienne de la Saint-Valentin m’a d’abord choquée. Je pensais que ça ne préparait pas les enfants à “la vraie vie” et aux difficultés de l’adolescence (quand ils réalisent que le monde est injuste, que Kelly la chef des pompom-girls* est en fait vachement* plus populaire que Martha qui ne reçoit plus de carte de Saint Valentin que de ses parents) et du monde professionnel… On a aussi l’impression d’évoluer dans une société qui peut paraître hypocrite car on ne sait jamais ce que les autres pensent de nous.

L’évolution

Puis, au fil des années, mon opinion a commencé à changer quand j’ai réalisé qu’un peu plus de positivité et d’amour dans notre vie n’est certainement pas une mauvaise chose! Cela peut permettre aux enfants de développer leur amour-propre (self-esteem) et d’autres atouts pour faire face aux difficultés de la vie aussi bien qu’un Français.

Pour conclure, cette fête de la Saint-Valentin qui peut paraître dérisoire*, insignifiante, révèle en fait beaucoup de chose sur les cultures où elle est célébrée. Je regrette parfois la franchise française et notre côté mesuré qui donne plus de valeur aux moments où on exprime notre amour pour quelqu’un ou quelque chose mais j’aime l’absence de jugement apparent canadien qui permet de prendre confiance en soi et d’oser exprimer sa personnalité avec plus de liberté.

Et, pour terminer, comme je suis aussi Canadienne maintenant, je vous remercie d’avoir pris le temps de me lire et je vous fais des gros becs* du Québec pour vous souhaiter une bonne Saint-Valentin!

Et vous, comment fête-t-on la Saint-Valentin dans votre pays? Comment comparez-vous cela aux façons de faire au Canada et en France?

Note “méthodologie”
J’attire votre attention sur la structure de mon exposé: introduction, argumentation en 3 grandes parties (titres en orange) et plusieurs arguments (titres en rose) avec des connecteurs logiques et une conclusion.

C’est un article de blog donc le ton est plus informel que si je devais faire un exposé académique. J’utilise un français standard, sans argot, qui conviendrait au niveau C1 du DALF si je remplaçais les titres par des phrases rédigées (mais vous aurez le droit de faire quelques fautes et approximations évidemment). La différence par rapport à une épreuve de type DALF est que je n’ai pas identifié de problématique car je voulais seulement partager un témoignage personnel.

Pour l’exposé oral du DELF niveau B2, on attend le même type de structure mais une argumentation beaucoup moins détaillée (vous devez parler environ 10 minutes) et on accepte plus d’erreurs (orthographe, syntaxe) et d’approximations de vocabulaire.

N’hésitez pas à relire et noter les éléments qui pourraient vous aider dans vos exposés ou pour exprimer votre avis!

Lisez cet article sur “Réussir la production écrite type ‘article’ au DELF, TEF, TCF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Enjoy this blog? Please spread the word :)