Apprendre le français de façon indépendante, est-ce fait pour moi?

Traduction automatique en anglais

Une question que les apprenants se posent souvent est de savoir s’il vaut mieux prendre des cours dans une structure comme une école de langues ou apprendre le français de façon indépendante.

Dans cet article, je vais parler de certains “saboteurs”, ces pensées limitantes qui nous empêchent d’avancer, et de stratégies pour les contourner.

Je pense qu’il est tout à fait possible de combiner les deux, selon vos besoins du moment et vos envies.

Mais aujourd’hui, je veux surtout vous aidez à réaliser que, dans les 2 cas, VOUS êtes l’acteur principal de votre apprentissage. Il n’y a pas de réponse définitive aux questions: “seul ou en groupe?”, “que faut-il faire pour apprendre le français?” , “est-ce que j’en fais assez?”

Vous allez voir que pour apprendre une langue, il faut aussi travailler sur soi-même autant que sur la grammaire!

Ces stratégies ont pour but de vous aider à vous connaître vous-même et à devenir un apprenant autonome et indépendant dans toutes les situations (seul ou en groupe).

Pour vous aider à apprendre le français de façon indépendante, j’ai créé ma communauté sur Patreon:

apprendre le français de façon indépendante avec mes programmes Patreon

Apprendre le français en groupe ou de façon indépendante?

Tout d’abord, arrêtons-nous sur cette question car beaucoup d’apprenants ont peur de quitter le cadre structuré de l’école.

La deuxième option (apprendre le français de façon indépendante) suscite plusieurs inquiétudes.

a) des peurs liées au fait d’étudier seul

  • Penser que vous n’êtes pas capables d’être autonome
  • Ne pas savoir quoi étudier
  • Ne pas savoir avec qui pratiquer

b) la question du budget

Étudier de façon indépendante ne signifie pas étudier seul. En effet, il est conseillé de travailler avec un tuteur, un professeur ou un coach. Vous pouvez aussi participer à des échanges linguistiques.

Cela peut représenter un budget plus important qu’une école de langues mais, si vous trouvez la bonne personne pour vous aider, les progrès seront plus rapides. Au final, c’est un bon investissement !

Les limites d’une école de langues pour apprendre le français

Lorsque vous commencez au niveau 0, je trouve que c’est utile de prendre des cours formels dans une école pour apprendre les bases.

En plus, vous allez rencontrer d’autres personnes dans la même situation que vous. Vous formerez une petite communauté et vous vous sentirez soutenus.

Si vous étudiez pour passer un test, le programme sera établi spécifiquement pour étudier tous les points de grammaire et de vocabulaire nécessaire. Attention, je dis bien “étudier” la grammaire, cela ne signifie pas que vous saurez utiliser tous les concepts après la fin du cours!

Toutefois, dans une école de langue, les problèmes que vous rencontrez souvent sont:

  • peu de possibilités de pratiquer la conversation
  • différences entre les apprenants: parfois le professeur explique trop vite, parfois trop lentement
  • un programme fixe qui ne correspond pas à vos besoins

Mais il est aussi possible de commencer directement avec un professeur ou un coach particulier, surtout si vous avez déjà avez appris d’autres langues.

Lorsque vous avez un niveau intermédiaire et même dès le niveau A2, il devient important de savoir étudier de façon indépendante.

Même si vous continuez les cours à l’école de langue, si vous voulez vraiment progresser, il faut travailler en dehors de l’école pour les raisons citées ci-dessus.

Les pensées négatives qui vous bloquent pour apprendre le français de façon indépendante

Le manque de confiance en vous

Le premier obstacle sur la route de l’apprentissage autonome, c’est souvent la confiance en soi.

Peut-être que vous avez de mauvais souvenirs de l’école, des situations d’échec ou un sentiment de ne pas être “doué” pour les langues.

Par ailleurs, nous n’avons pas été habitués à prendre des décisions par nous-même. On recevait les directives et les instructions des professeurs. Ils détenaient le savoir et décidaient des leçons (quoi, quand et comment apprendre). C’était standardisé: la même chose pour tout le monde.

La pédagogie de l’école encourage souvent un rôle passif. 

Cela nourrit une pensée fausse: la croyance qu’il y a une bonne façon d’apprendre.

De plus, cela développe la tendance à ce que le professeur parle et les élèves écoutent sans développer leur curiosité.

Le sentiment d’être “pas assez” (not enough)

Le perfectionnisme et la minutie (l’attention aux détails) sont souvent nos ennemis.

Je suis sûre que vous ressentez parfois ce sentiment mitigé (ce mélange de sentiments) avec le français.

D’un côté, vous pensez que vous ne faites pas assez (pas assez d’exercices, pas assez de pratique, pas assez de progrès, etc). De l’autre, vous n’avez simplement pas le temps de faire plus.  

Alors vous êtes frustré.e. Vous vous comparez avec d’autres personnes qui sont “plus” que vous: elles font plus de choses, elles semblent progresser plus vite, elles ont plus de confiance en elles.  

Ces pensées augmentent encore la frustration et sont contre-productives. 

Je ne sais pas comment vous réagissez dans ces cas-là mais moi, quand je me compare et que je me sens “moins XYZ” que les autres, j’ai juste envie de m’allonger sur le canapé et de manger tout le pot de glace au chocolat 🙂  

Quelques stratégies pour lutter contre les pensées négatives

Quand je sens que ces pensées montentj’ai plusieurs stratégies.

Penser à ce qui est important pour soi

En général je commence par m’éloigner des réseaux sociaux. Ainsi, j’arrête de me comparer aux autres et d’imiter les tendances à la mode.

Même si tout le monde dit qu’il faut être présent sur les réseaux sociaux pour développer son business…

Et je réalise qu’en fait, non, ce n’est pas vrai, tout le monde ne dit pas ça. Mais quand on écoute ses pensées négatives, on n’entend pas ces autres voix qui disent qu’un autre chemin est possible.

Prendre soin de soi, de sa santé physique et mentale

Je fais du sport, je ne reste pas enfermée à la maison, je vois des amis, je cuisine. Je m’assure de dormir entre 7h et 8h par nuit pour ne pas être fatiguée dans la journée.

Comme pour le temps, nous avons un “capital santé” limité et on doit écouter les signaux que notre corps nous envoie.

Parfois, quand nous sommes bloqués dans l’apprentissage, faire une pause est nécessaire.

Prendre du recul (take a step back)

Je me concentre sur des moments où je sais que j’ai fait du bon travail. Je le sais soit parce que quelqu’un m’a félicitée ou remerciée ou parce que j’ai moi-même observé les conséquences positives de mes actions.

Ce sont des accomplissements concrets, basés sur les faits. Même mes saboteurs ne peuvent pas contredire les faits.

Je note sur mon carnet les 3 tâches prioritaires que je dois faire pour progresser vers mes buts et pendant la semaine je travaille sur ces tâches. Je ne me laisse pas influencer pas les objectifs des autres ni les nouvelles idées. Je “suis mon petit bonhomme de chemin” (I follow my own path), celui qui me mène vers un sentiment de joie et de satisfaction.

Si je ressens du stress paralysant ou de la pression, alors je suis probablement sur un mauvais chemin pour moi et je dois changer quelque chose.  

Mon “moteur” qui soutient ma motivation est le sentiment de joie. Quel est le vôtre?

Comment voulez-vous vous sentir? Que pouvez-vous faire pour atteindre cet état?

How do you want to feel? What can you do to reach this state?

Faire preuve de bienveillance

Nous avons une quantité limité de temps disponible donc il faut accepter que, parfois, nous ne pouvons pas faire tout ce que nous voulons, que tout ne sera pas parfait. Mais ce n’est pas grave.

Vous devez être très honnête avec vous-même, et vous évaluer sans jugement. Imaginez que vous êtes une personne extérieure, un ami, et regardez-vous avec bienveillance.  

Lorsque vous apprenez à reconnaître vos pensées limitantes et à les dépasser, lorsque vous apprenez à vous faire confiance, vous verrez que vous apprendrez de façon plus efficace!

Chaque personne doit suivre son chemin

Personne, pas même votre professeur ou tuteur de langue, ne doit décider de votre chemin d’apprentissage. Nous pouvons vous conseiller et vous guider mais vous êtes la personne qui sait ce qui vous donnera envie de pratiquer chaque jour.  

C’est difficile parce que vous devez apprendre à vous écouter et à vous faire confiance.

Les clés du succès pour apprendre le français de façon indépendante

Comme vous le voyez, devenir un apprenant autonome commence par un travail sur votre état d’esprit (mindset).

Utilisez l’expertise de votre tuteur, professeur ou coach pour vous aider.

Dialoguez pour identifiez les besoins et les meilleurs façons d’apprendre.

Et si il ou elle ne veut pas dialoguer, changez de tuteur ou de professeur ou faites appel à un coach certifié qui a suivi une formation pour favoriser dialogue et créer les conditions idéales pour votre transformation.

Avec mes confrères coachs du réseau Neurolanguage Coaching, créé par Rachel Paling, nous avons justement suivi une telle formation de coaching spécifiquement destinée aux personnes qui travaillent avec des apprenants de langue(s) étrangère(s). Nous sommes formés pour vous aidez à dépasser vos blocages et pour vous aider à apprendre de façon autonome et efficace.

Lorsque vous devenez acteur de l’apprentissage, vous savez pourquoi vous faites des efforts et vous avez envie de continuer.   

Contactez-moi pour discuter de comment je peux vous aider.

Vous voulez expérimenter ma méthode?
Rejoignez mon groupe sur Patreon pour commencer à travailler en autonomie avec mon soutien!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Enjoy this blog? Please spread the word :)